Logo Want to travelLogo Want to travel

Le spectacle de la grande migration

La grande migration est, sans l’ombre d’un doute, le plus grand spectacle de transhumance sur terre. Chaque année, ce sont plusieurs dizaines de milliers de gnous, zèbres et gazelles qui migrent pour des pâturages plus verts des plaines du Serengeti en Tanzanie à celles de la réserve de Masaï Mara au Kenya. Suivie de près par les prédateurs, la migration devient alors le théâtre d’impressionnantes scènes de combats. On vous dit tout ce qu'il faut savoir sur événement naturel spontané. 

Le troupeau d'herbivores parcourt chaque année plus de 800 kilomètres selon un circuit circulaire du sud du Serengeti au Masai Mara qui, sans être exact car imprévisible, pourrait être représenté ainsi :

De janvier à mars dans les plaines du sud du Serengeti et la réserve du Ngorongoro :
c'est à cette période que l'on assiste à la naissance de milliers de bébé gnous. Aux coeur de ces vastes plaines couvertes d'herbe rase, les cachettes pour les prédateurs sont rares donc les troupeaux s'y trouvent en sécurité. De plus, les herbes qui y poussent après la petite saison des pluies sont pleines de minéraux indispensables aux mamans gnous pour produire un lait riche qui aidera leurs bébés à suivre le troupeau.

D'avril à mai, au niveau du corridor Ouest, autour de la rivière Grumeti :
quand l'herbe commence à manquer et les bébés deviennent assez grands pour suivre, le troupeau se met en marche vers le nord en remontant le corridor de la rivière Grumeti. Si cette dernière n'est pas vraiment profonde, elle est infestée de crocodiles impatients de voir arriver les herbivores. La traversée de la rivière est un spectacle particulièrement impressionnant !

De juin à juillet, dans le nord-ouest du Serengeti :
selon l'abondance des pluies qui arrosent la région, les gnous peuvent soit rester dans le nord-ouest du Serengeti, soit accélérer le pas vers le Masaï Mara. Le troupeau est en général plus éparpillé.

D'août à septembre, dans le Masaï Mara :
le troupeau suit les averses de l'est à l'ouest de la rivière Mara, très profonde et peuplée de crocodiles, dont chaque traversée est un défi ultime. Pendant cette période, le spectacle est permanent.

D'octobre à décembre, dans le nord du Serengeti :
les herbivores repassent la frontière et descendent le long du côté est du parc, pour rejoindre les plaines du sud où les femelles pourront mettre bas. La boucle est bouclée et recommence ainsi un nouveau cycle de la grande migration. 

Et les autres animaux dans tout ça ? Si ce sont les gnous, en plus grand nombre, qui rythment la grande migration, ils sont toujours accompagnés de milliers de zèbres et de gazelles. Les zèbres se fondent dans la masse et s'y sentent protégés, tandis que les gazelles bénéficient du passage des gnous, ne pouvant manger que l'herbe rase. Tout le monde y trouve son compte, même les prédateurs : certains guettent chaque année le retour du troupeau dans leur zone pendant que d'autres suivent discrètement le mouvement, prêts à sauter sur les proies les plus faibles pour en faire leur festin.

S'il est difficile de prévoir avec exactitude le passage des animaux lors de la grande migration, c'est un spectacle extraordinaire que nous offrent la Tanzanie et le Kenya. A rajouter de toute urgence dans votre "bucket list" !


 
 
 

Articles similaires